Avant d’aller au Salon du Vampire

Avant d’aller au… Salon du Vampire !
un événement organisé par le LyonBeefsteakClub

Poulpy présente, le IV Salon du Vampire
les 17 et 18 septembre 2016 à la Maison Ravier (Lyon)

Cette édition intitulée Le territoire du vampire sera couverte par l’équipe de l’antre du Poulpe, alors ne quittez pas et découvrez sur cette page, ainsi que sur le site des organisateurs (+ l’évènement FaceBook ; la page LyonBeeksteakClub) tout ce qu’il ne faudrait pas rater : programmation, invités, conférences… Avec, en bonus, une interview d’Adrien Party, directeur du Lyon Beefsteak Club !

01_afficheCi-dessus, l’affiche réalisée par Christophe Swal, illustrateur et bédéaste. Plus d’infos ici.

Le vampire. S’il y a bien une créature qui nécessite que nous la fêtions dignement et régulièrement (l’événement ayant lieu tous les deux ans), c’est bien le vampire. Pourtant les mœurs ont changé depuis l’indémodable Bal du Vampire. La fête, à présent, regroupe tant de groupuscules qu’elle quitte la salle de danse pour rejoindre le salon, où tout un chacun peut discuter de sa figure vampirique représentative ou, si l’on reprend la thématique, sur le territoire qu’occupe ledit vampire. Non pas parce que le vampire est souvent affilié à une lignée noble, aux maitres incontestables de terres hantées, mais parce qu’il se décline à la fois sous plusieurs formes, plusieurs supports, qu’il ne s’attaque pas au même public.

Comme il n’existe pas qu’une seule manière de l’incarner, il n’existe plus qu’une seule manière de jouer à ses jeux, de rejoindre ses danses. Ainsi, au Salon du Vampire, toute école est la bienvenue. Tout adorateur est accepté. Il ne nous reste plus qu’à savoir si tous ses groupes, ses fan-clubs, sont représentés. Pour vous prouver l’envergure du sujet, une petite présentation de ces différents êtres, les vampires, est, comme d’habitude, de mise. Nous tâcherons de vous retranscrire les types de territoires que couvre le Salon, et ajouterons à notre petite présentation les opinions des invités aux tables rondes. Elles promettent d’être garnies, malgré (ou à cause) des étranges appétits charnels de nos vampires… Pour ce faire, nous quémanderons l’aide de notre fidèle assistant, Vlad, qui s’incrustera sur bien des photos !

Ce que nous attendons du Salon du Vampire

Ci-dessous, notre mascotte. Tenterez-vous de l’aborder sur le salon ? Un petit cadeau à celles et ceux qui la trouve et lui propose un free hug (à leurs risques et périls…)

02_vladLe vampire est une créature que nous ne présentons plus : mort-vivant, maudit, folklorique, souvent sensuel et/ou monstrueux, hantant et se nourrissant de la force des vivants (sang, âme, etc.)… Nous le retrouvons dans bien des légendes, des adaptations, sous bien des dénominations qui en font une créature disparate (nosferatu, strigoi, lamia…). Le vampire tient parfois du fantôme, d’autre fois du zombie, mais qu’importe son aspect. Il est toujours reconnaissable. Étonnant, n’est-ce pas ? Cela est dû à plusieurs signes distinctifs. Nous savons tous comment se débarrasser d’un vampire, comment traiter leurs victimes, etc. Mais quelle est, exactement, l’essence du vampire ? Selon moi, c’est à son caractère hybride, fait d’oppositions, de contradiction, que nous reconnaissons un vampire.

Être torturé, le vampire se décline à la fois dans des romances et des histoires horrifiques. Être attirant, donc, représentant une part sombre de notre psyché, liée à la mort, aux plaisirs, aux péchés. Ce n’est pas un simple monstre, le vampire, car il possède une conscience, il est capable de fonder une société secrète, codifiée, dans l’ombre de la nôtre, juxtaposée, afin de la contredire. Le vampire est une source d’attachement proposant cette liberté des mœurs que nous chérissons, au point de subir les affres de ce dangereux tentateur. Et puis il y a le monstre tapi, correspondant à la déformation de ces plaisirs, qui retient les victimes par sa bestialité. Il y a le tueur, le psychopathe, plus ou moins sadomasochiste, que nous retrouvons mêler à cette image. A-t-on réellement envie de côtoyer ces gens-là ?

Nous, nous ne doutons plus. Nous allons nous laisser diriger par la curiosité : nous nous laisserons entrainer à ce Salon proposant à la fois un retour aux sources du vampire, et des représentations plus à la mode. Le territoire du vampire, c’est, à la base, l’Histoire, le folklore, les figures médiévales de contes et comtesses cruelles. Il s’étend à la littérature noire et romantique, puis au cinéma, à l’ensemble de la culture ludique. Le vampire contamine et séduit des pans de sous-culture. Geek, mais aussi gothique. Nous trouvons des tas de spécialistes du vampire. Ce sont parfois des auteurs/réalisateurs, des moines, des psychologues, des développeurs, des historiens… La réalité et la fiction se rejoignent chez les vampires, et cela diversifie énormément le mythe.

03_LBSCPS. Cliquez sur les images pour les agrandir.

Au Salon du Vampire, nous nous attendons essentiellement à de la fiction. Car, si le vampire est un être traditionnel, il n’empêche qu’il ne cesse de nous étonner. Il n’a pas fini de grandir et de revêtir bien des visages, car le vampirisme, c’est, avant tout, un mouvement. Le vampirisme, c’est tout un art. Et qui demander de mieux que les membres du Lyon Beeksteak Club pour nous le présenter ? D’ailleurs, qui sont-ils, ces organisateurs ? C’est à découvrir ici.

Ce dont il faudra réellement s’attendre

Un peu après avoir rencontré des joueurs de la Camarilla lyonnaise (on dit camaristes), présentant leur passion pour Vampire : la Mascarade (un GN d’importance), au salon du jeu OctoGônes (l’article ici), nous nous sommes rendus, la même année (2015), aux Intergalactiques. Là, nous avons eu la chance de pouvoir interviewer Adrien Party, qui dirige le Lyon Beefsteak Club depuis sa fondation, en 2010.

Depuis ce jour (pourtant dédié à la science-fiction), l’envie de nous rendre au prochain Salon du Vampire n’a pas cessé de grandir dans nos esprits. L’évènement n’aurait lieu que deux ans plus tard, mais, nous nous le sommes promis : nous le couvrirons ! Alors en route, me diriez-vous. Avant cela, il serait bon de nous rafraichir la mémoire, de nous renseigner à propos de ce Lyon Beeksteak Club et du site vampirisme.com géré par ces mêmes personnes.

Vampirisme est Le site de références pour les passionnés de vampires venant de tous les horizons. Depuis sa création en 2006, on y parle aussi bien de livres que de films, de jeux, de voyages touristiques retraçant les routes des vampires, de manifestations tel ce Salon en question, de musiques, et nous y trouvons de nombreuses interviews. Mais qui de mieux que le gérant pour vous en parler (l’interview dans sa version originale est dans cet article, Les Intergalactiques 2015 partie 1) ?

04_lyonCi-dessus, le petit Vlad envahit la ville de Lyon.

« Vampirisme est un site de chroniques en tout genre qui propose des interviews d’auteurs et de réalisateurs, ainsi que des récits de voyage. » Adrien Party s’est lui-même rendu en Transylvanie sur les traces de Vlad Tepes, puis il s’est dirigé en Auvergne afin d’enquêter sur l’histoire de Gille de Rais, afin de fournir de la matière pour ce site très complet. « Actus, photos… vampirisme.com montre qu’autour de personnages aussi intemporels que les vampires peuvent se regrouper des fans issus de milieux différents. Certains sont attirés par la littérature du IXXe, d’autres par le cinéma de genre, et d’autres par la bit-lit. Nous ne sommes pas passés de ces thèmes à d’autres inexplicablement. Le vampire a suivi les évolutions de la société. Sur ce site, tout le monde peut discuter de ce sujet sans tirer la couverture à soi ». – A. Party.

Adrien Party. S’il est adhérent AoA depuis plusieurs années, il organise ses propres événements centrés sur la figure du vampire dans la culture, représentée sous toutes ses formes. En tant que conférencier, il anime des tables rondes sur l’évolution du vampire, depuis Anne Rice à nos jours, depuis Nosferatu jusqu’à Twilight… Il participe à de nombreux festivals et à certaines publications. Pour la reparution chez Bragelonne et Milady du livre Anno Dracula de Kim Newman, il a donc rédigé un texte. Il s’est aussi énormément investi dans la création de la Necronomi’con (un reportage de Poulpy ici).

« Le vampire est une créature intemporelle. C’est ainsi que nous pouvons le relier à la thématique du temps. Les époques passent et lui reste immuable. Même s’il interagit différemment selon le cadre des récits. Actuellement nous pouvons lire beaucoup d’urban fantaty, mais il y a des histoires qui se déroulent dans l’antiquité afin de situer l’émergence de cette créature. Les idées subjacentes liées au vampire sont en rapport avec nos tabous face à la mort, au sang, aux relations sexuelles divergentes. » Adrien Party étudie les transformations du vampire depuis le passage du folklore à la fiction. « Le vampire des légendes roumaines ou antiques ne ressemble pas à ceux que nous imaginons. Dans les récits actuels, le mythe et la fiction se mélangent et nous avons du mal à retrouver l’origine de leurs backgrounds. » Certaines histoires ont la vie dure. De nos jours, dans des régions reculées, quelques personnes croient encore en l’existence de ces monstres : « ce mélange de réalité et de fiction ne se voie nulle part ailleurs. Le vampire transcende les genres, nous pouvons le retrouver partout. » Est-ce cela qu’Adrien Party entend par Territoire du vampire ?

05_partyCi-dessus, Adrien Party aux Intergalactiques en 2015.

Territoires du vampire est la 4e thématique que nous abordons depuis que le salon existe. Notre idée, en choisissant ce thème, est d’avoir la possibilité de parler des unités de temps, lieux et espace où les vampires évoluent, essentiellement dans la littérature et le cinéma de fiction. L’événement étant lui-même focalisé sur une figure restreinte (celle du vampire), il est crucial pour nous que la thématique que nous retenons chaque année ne soit pas clivante, et nous permette de mettre sur pied des tables rondes autour de ce même thème sans tomber dans la redite à chaque fois.

Nous qui sommes retardataires, nous nous demandons comment ont été gérées les précédentes thématiques des Salons. Le thème Dracula nous intéresse beaucoup, car vous n’êtes pas sans savoir qu’entre la IIIe et la IVe session vampirèsque, un grand acteur (le plus grand de tous) nous a quitté : Christopher Lee, notre comte bien aimé…

Pour le thème Dracula, c’était un peu particulier, s’agissant en 2012 de l’anniversaire de la mort de Stoker (1912). Pour les autres thématiques que nous avons eu l’occasion d’aborder (Vampires et vampyres, Chasseurs et chasseuses de vampires), c’est surtout des questions d’opportunité et d’invités. À l’exception peut-être de Chasseurs et chasseuses de vampires. Buffy est une série emblématique pour l’ensemble des membres de l’association.

Adrien Party annonce des changements par rapport aux éditions précédentes. Voilà en quoi ils consistent. Et pour ce qui est des points forts à ne pas rater lors de ce week-end, vous avez votre réponse : « Comme pour chaque édition, nous évoluons. C’est la première fois (depuis 2012) que nous proposons des conférences, cette fois-ci sur les aspects médicaux du mythe et sur les chauves-souris. Un partenariat avec l’association Freelug nous permet aussi d’intégrer une exposition Lego à l’événement. Et surtout, en déménageant dans une salle plus grande, nous revoyons à la hausse le nombre d’éditeurs présents. De 5 en 2012, on passe à 11 cette année. »

06_leeIl ne faut rien manquer, c’est justement ça qui est difficile. L’exposition Lego, pour avoir eu quelques avant-premières, va être assez unique en son genre. De même que les deux conférences (on est assez fier que la FRAPNA ait accepté de venir parler des chiroptères). Et comme c’est la première fois qu’un invité anglophone intègre les rangs des auteurs qui seront présents sur place, je pense que la table ronde autour de et avec Kim Newman devrait faire son petit effet. Mais même sans parler de ces animations, sachant que chaque stand et invité fait un effort pour ancrer sa présence autour du thème, tous méritent qu’on s’intéresse à eux.

Donc, pour résumer, le Salon du Vampire (nous l’avons bien compris) ne restreint pas ses animations à un seul type de public. Qu’elles sont les personnes attendues ; qui serait susceptible d’être touché par un tel évènement ? « L’ambition de l’association est de faire le lien entre les amateurs de vampire à l’ancienne, issu des romans de Polidori, Stoker et Le Fanu, les lecteurs d’Anne Rice et ceux de Twilight. D’où la diversité de nos invités d’honneur, et la présence de ces derniers en table ronde. Même si tous ces lecteurs ne recherchent pas forcément la même chose dans leurs lectures aux dents longues, notre objectif est de leur prouver qu’ils partent avec une base commune. » Et, finalement, qu’attendent les organisateurs de cette nouvelle édition ? « Des visiteurs et une bonne ambiance :) » – Adrien Party, directeur de programmation et responsable logistique et communication du Salon du Vampire ; webmaster de vampirissime.com ; président du Lyon Beefsteak Club.

Une autre interview d’Adrien Party est à lire sur ObsküreMag. Vous y découvrirez les débuts de cette petite convention, grossissant chaque année, et s’étant mutée en Salon tout récemment. Vous y verrez également des réponses similaires aux nôtres, qui vous prodigueront un bon aperçu : « Vincent Tassy : Fais-tu en sorte que la programmation du salon reflète ta propre perception globale de la production vampirique contemporaine ?

07_vampirissimePS. Cliquez sur les images pour les agrandir.

Adrien Party : Non, car j’ai beau être le président de l’association, il y a vraiment une direction collégiale. Dans le bureau, nous avons tous un attachement différent pour la créature et ses avatars. Certains ne lisent que de la bit-lit, d’autres pas du tout, d’autres sont plus branchés cinéma… L’idée est bien de montrer qu’on peut rassembler autour d’une même figure des publics aux attentes variées, en ouvrant des pistes de réflexion. Pas de faire dans l’élitisme ou le dénigrement. »

Ce Salon du Vampire, nous le devons à une quantité de bénévoles passionnés et souvent chargés de plusieurs évènements dans la région lyonnaise. Nous l’avons assez bien compris en nous rendant aux conventions AoA, comme les Intergalactiques et la Necronomi’con, deux festivals comptant Adrien Party parmi les organisateurs. Si vous souhaitez connaître le planning du Lyon Beefsteak Club, je ne peux que vous conseiller de liker leur page FaceBook ainsi que celle de Vampirisme (+ le Twitter). Ce ne serait donc pas juste de dire que le Salon du Vampire n’est dû qu’à une seule personne. En plus de la présentation de l’organisation, à lire ici, je vous propose celle de ses membres, que nous pouvons féliciter pour leur dévotion à l’égard de nos vampires, et pour les évènements géniaux qu’ils organisent.

…À commencer par Spooky, le responsable invités et co-directeur de programmation du Salon, également webmaster de an-sible.com. Ansible est un site de chroniques culturelles, aussi bien filmographiques que littéraires, et, vu qu’il s’agit du mot d’ordre chez ses personnes, Spooky ne se restreint pas à un seul genre. Valentine Tézier est responsable bénévole/organisation, mais également présidente de Event Yaoi et secrétaire du Lyon beefsteak Club. Event Yaoi (feu Yaoi Yuri) est l’un des évènements culturels sur le thème du manga ayant lieu à Lyon (avec la Japan Touch).

08_dessinSarah Bonnet est trésorière du Lyon Beefsteak Club. Quant à Josh Lurienne, le responsable bar et restauration, c’est le président d’Artzone Chronicles, un autre site de chroniques, bien connu, regroupant de nombreux passionnés de films, séries, BD, livres, musique, jeux de tout type. Le Poulpe sera donc entouré par bien des confrères ! Laure Velasco est cotrésorière/responsable décoration. Aliénor Perrard est photographe et responsable stands et exposants. Il faudra en effet s’attendre à de nouveaux albums photo, comme lors de la dernière édition ! Et puis Élodie Lemaire, la coresponsable communication, est aussi webmaster de Limaginaria, un site de critiques littéraires. Toutes ses personnes se retrouvant afin de partager une culture similaire ne semblent pourtant pas tirées de la même école, n’ont pas les mêmes centres d’intérêt. C’est un mélange prometteur !

Si le vampire de fiction a longtemps été cantonné à l’Europe du XIXe siècle (Balkans et Angleterre notamment), la créature a depuis essaimé aux quatre coins du globe. Finis les châteaux moyenâgeux et autres cryptes poussiéreuses, elle envahit désormais l’espace urbain et se fond davantage dans la société humaine. L’événement permettra aux curieux comme aux connaisseurs de découvrir la richesse de la thématique, au travers des tables rondes et conférences où seront présents nos invités (romanciers, essayistes, universitaires et scientifiques) […] Une fois encore, l’offre littéraire sera dense, avec pas moins d’une douzaine d’auteurs qui feront le déplacement pour échanger avec le public sur la place des vampires dans leurs ouvrages. – Cf. vampirissime.com pour une rapide présentation des festivités.

Programmation : partenaires, éditeurs, auteurs, exposants, conférences, tables rondes, animations, projections, infos pratiques… Retrouvez toutes les informations (+ la liste des invités) à cette adresse. Sinon, avant de découvrir le topo par Poulpy, voici un reportage vidéo de la précédente édition, que vous pouvez découvrir ici en même temps que des galeries photo et des comptes-rendus tout aussi (voir plus) captivants.

Les invités. Il faudra s’attendre à des auteurs prestigieux ! D’ailleurs, les voici. Comme je vous l’ai dit, Adrien Party a collaboré à la réédition française d’une série de Kim Newman : Anno Dracula. Il s’agit de romans vampiriques très connus dans la sphère, et dont, je n’en doute pas, vous avez entendu parler. Sinon, une présentation est disponible sur la page invité de Kim Newman, qui nous vient directement d’Angleterre ! Kim Newman, écrivain (romancier et novelliste), critique pour le cinéma, récompensé pour de nombreuses œuvres vampiriques (prix Bram Stoker, British SF et Fantasy), est un spécialiste de l’horreur que nous pourrons rencontrer pendant les dédicaces, mais surtout lors de tables rondes qui s’avèrent… Alléchantes !

Parmi ces invités, parfois habitués aux conventions de ce type, nous rencontrerons Sophie Jomain, auteure de Felicity Atcock, Les Étoiles de Noss Head, Pamphlet contre un vampire… Des romans romantiques écrits par une figure « représentative de la place actuelle du vampire dans la littérature » – sa page auteure (retrouvez-y un aperçu de la bibliographie). Nous retrouverons Jeanne-A Debats, créatrice d’une série vampirique mettant en scène un héros très spécial, Navarre, présent dans nombre de ses romans et nouvelles, souvent récompensés, que je vous propose de découvrir sur sa page, notamment. Nous, nous la connaissons grâce à Un an dans les airs, une coproduction avec Raphaël Granier de Cassagnac et Johan Heliot, présentée lors de la réunion annuelle de Présence d’Esprit, où nous nous rendîmes il y a peu.

Le vampire attire la gent féminine. Nous avons une preuve supplémentaire grâce à Jeanne Faivre d’Arcier, auteure de Rouge Flamenco, La déesse Écarlate et, plus récemment, de l’Opéra Macabre. Spécialiste du vampire depuis la fin des années quatre-vingt, Jeanne Faivre d’Arcier à sa place dans ce salon ! – sa page auteure. Marika Gallman est, par contre, une nouvelle venue dans l’édition. Elle débute avec Maeve Regan, premier tome de l’une des premières séries bit-lit francophones, qui compte cinq titres (à découvrir sur sa page). Alice Scarling se situe dans « la veine » de cette écrivaine, et elle n’a rien à lui envier ! Sa trilogie Requiem pour Sascha a conquis de nombreuses lectrices. – sa page auteure.

09_invites1Nadia Coste, que nous avons rencontré plusieurs fois, a écrit un roman énigmatique : Le premier, qui compte parmi ses meilleures publications, pas forcément vampiriques, avec Les Fedeylins et Ascenseur pour le futur. – sa page auteure. Et parmi celles que nous attendons tous : Morgane Caussarieu ! L’auteure de Dans les veines, Je suis ton ombre… D’une tonne de bons livres, de merveilleuses nouvelles, dont certaines sont parues chez les Artistes Fous et Luciférines, deux éditeurs partenaires de ce blog qui nous ont déjà rudement étonnés par leur catalogue (des chroniques sont à découvrir dans la rubrique consacrée). La page auteure de Morgane Caussarieu.

Vincent Tassy, des éditions du Chat Noir, ne nous est pas non plus inconnu. Lauréat du prix Merlin pour Mademoiselle Edwarda et auteur d’Apostasie, il se spécialise dans les littératures sombres et vampiriques, qu’il chronique régulièrement pour ObsküreMag. Du moins, c’est ce que nous pouvons lire sur sa page. Vous serez curieux d’apprendre qu’un certain David Khara sera des nôtres. Sa trilogie, Le projet Bleiberg, son roman, Les vestiges de l’Aube, vous rappellerons peut-être des choses. Du moins, l’adaptation en bande dessinée de ce dernier devrait vous mettre la puce. Sinon, rendez-vous sur sa page auteur.

Pour ce qui est de la BD, plusieurs séries ont vu le jour sous la marque du vampire. Le chant des Stryges est une histoire représentative. Au texte, Richard Corbeyran. Au dessin, Richard Guérineau (Le syndrome de Hyde, Le 3e Œil). Ses projets sur sa page. Les albums intitulés Dracula sont également des classiques que nous devons à Pascal Croci, dessinateur, et à Françoise-Sylvie Pauly, scénariste. Pourtant, le Comte n’est pas le seul vampire représenté par monsieur Croci. Des vampiresses très connues sont passées par sa plume. Pour découvrir les œuvres de cette pointure, cliquez sur sa page.

Parmi les spécialistes du vampire en ce pays, il est difficile de passer à côté d’Alain Pozzuoli. Il est l’auteur d’une biographie de Bram Stoker et de plusieurs essais sur sa créature, Dracula. S’essayant à l’écriture de fiction avec Baisers de sang, entre autres, réalisant de nombreux textes ou documentaires, ce personnage ne peut que nous toucher, nous faire frémir, lors de tables rondes très spéciales… – sa page auteur. Et puis si ce palmarès ne vous suffit pas, lecteurs insatiables, vous verrez que d’autres surprises vous attendent du côté des éditeurs et exposants.

10_invites2Les stands. Comme toujours lors d’une fête lyonnaise, Trollune, la librairie de l’imaginaire, sera là pour présenter livres et jeux. D’ailleurs, si vous préférez une présentation en image de tous les exposants, alors venez sur le site du Lyon Beefsteak Club, duquel je tire toutes ces informations. Autre librairie, l’Esprit Livre (cliquez ici pour connaître sa position, etc.), qui occupera tout le pan dédicaces et proposera des romans sanglants. Ce ne sera pas forcément du côté des boutiques que vous trouverez votre bonheur. Neuf éditeurs sont présents. On vous les présente ici, et on vous les liste ici :

De quoi aurait l’air un Salon sans les Indés de l’Imaginaire, composés des éditions ActuSF, Mnémos et Les moutons électriques ? Nous les retrouvons toujours avec plaisir. Surtout qu’ils rameutent un bon nombre d’auteurs. Vous savez où vous rendre afin de connaître les noms des présents… Le Carnoplaste, que nous avons interviewé il y a quelques années au Bloody Week-end, est un éditeur de fascicules. Son créateur, Robert Darvel, est l’auteur de bien des livres, de nouvelles aventures d’Harry Dickson, mais pas seulement….

Plus vampirique encore, Les éditions du Chat Noir. Ce n’est pas la première fois que nous vous parlons de ces charmantes personnes affiliées aux romans gothiques dans une mouvance actuelle. Comme il y en a pour tout les gouts, ils sont suivis par Les éditions du Petit Caveau. Je ne les connais pas moi-même, tant ils sont spécialisés dans le domaine qui nous intéresse. Attention, dédicaces à prévoir… Rebelle est une autre firme, plutôt dédiée à la romance, à la bit-lit, qui commence sérieusement à se faire un nom. Sharon Kena, édition créée par Sharon Kena, va plus loin encore dans le genre. C’est à découvrir.

Kitsunegari (encore eux !) suit d’autres mouvances. Avec leur catalogue éclectique, ses petits renards vous promettent du choix, souvent bon (selon mon expérience). Sous la cape dédie une collection au (mauvais) genre vampirique. C’est un éditeur coup de cœur qui publia plusieurs livres de Céline Maltère (présente en dédicace) que je n’arrête pas de vous conseiller depuis un moment déjà ! Ses livres sont géniaux. Que dire de ses camarades écrivains, à découvrir d’urgence ! Pour la peine, une petite présentation…

11_logos« Sous la Cape accueille des romans, des nouvelles… mal embouchés, mal intentionnés, mais écrits impeccablement ! Avec une prédilection pour les genres méprisés de la Bonne Critique Littéraire (BCL) : science-fiction, fantastique, érotisme, sans oublier les vampires, les loups-garous et de tous les malfaisants qui peuplent notre inconscient. Sous la Cape ambitionne de publier des inédits, mais puisera aussi dans les classiques du XXe siècle, entre autre ceux de la prestigieuse et mythique  » Brigandine « . Le site est également ouvert à d’autres modes de création : dessin, photo, vidéo… »

La porte littéraire n’est pas à proprement parler un éditeur. Dans le sens où une seule série, collective, est disponible. C’est Le cycle d’Orobolan, composé de 14 écrits. Grâce à la présence du créateur de ce projet, Mestr Tom, nous en saurons plus, une fois sur place… Comptons, en plus des partenaires du monde de l’édition (Bragelonne, J’ai Lu, Livre de Poche), des autres organisations, un soutien de la Demeure du Chaos. Quelle étrange affiliation…

En tant que partenaire, AoA Prod aura également son stand. Rien de nouveau pour les habitués, qui auront certainement déjà remarqué les quantités de kits pour chasseurs de vampire conçus par le Professeur WP, artiste plasticien, que nous avions interviewé lors de la Necronomi’con. C’est à lire ici. L’une des nouveautés étant une exposition LEGO « reconstituant des scènes emblématiques de films, des personnages géants, des variations autour d’univers mettant en scène des vampires », vous vous doutez qu’une association est derrière cela. Il s’agit de FREELUG Rhône-Alpes.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, tel moi-même il y a peu de temps, « l’association FreeLUG rassemble des passionnés de la brique LEGO répartis sur toute la France (et même au-delà) qui jouent, collectionnent, construisent et reconstruisent, filment et animent, exposent. Du DUPLO au Technic, du moyen-âge à la robotique, en passant par la ville, l’espace, le train, la customisation, toutes les tendances sont les bienvenues pour s’exprimer et échanger à travers le site Internet, les listes de discussion, et bien sûr les rencontres et expositions. » – le site officiel.

12_vampireLes animations. Cela commence par deux quiz, sur la littérature, et sur le cinéma (c’est à voir ici). Ça continue sous forme de projections : de web-series, de courts-métrages, présentés par Julien Jal Puget, organisateur des Intergalactiques, que nous avions interviewé à l’occasion de l’avant-dernière édition de son festival. Il faudra attendre un peu avant de connaître le planning de ces animations. Les infos à ce propos vous attendent ici. Les conférences du Salon du Vampire sont au nombre de deux :

Samedi 17 de 10 h à 11 h : Vampire et médecine à travers l’histoire. S’appuyant sur un mémoire dont il est l’auteur qui passe en revue les liens tissés entre le mythe du vampire et la médecine à travers les âges, Julien Berra proposera une présentation sur ce sujet, laquelle permettra de comprendre et suivre l’évolution de la représentation du vampire à travers le prisme de la science, tout particulièrement de la médecine. – avec Julien Berra, interne de médecine à Lyon, spécialisé en santé publique et en épidémiologie. Une plus ample présentation ici.

Dimanche 18/ de 15 h à 16 h : La chauve-souris. Animal étrange et nocturne, la chauve-souris est une créature mystérieuse, souvent victime d’idées reçues qui lui a valu longtemps d’être persécutée par l’homme. Petit tour d’horizon de la place de cette créature dans l’écosystème francophone, et les croyances qui y sont rattachées. – avec la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature.

Le programme des tables rondes, ici, vous donne un aperçu du must de ce Salon. On commence avec Des vampires pas comme les autres, défaisant les clichés que nous avons de ses personnages ; on continue avec une rencontre de Kim Newman, nous parlant de sa vision du vampire ; on prolonge avec Vampires des villes, vampires des champs, concrétisant ce que nous pourrions appeler le Territoire du Vampire au travers de l’urban fantasy ; on termine avec Édition et vampires afin de découvrir de nouveaux projets de publications.

Le dimanche sera peut-être moins animé, avec tout de même Le retour des vampires victoriens et Le vampire, ce globe-trotteur, parlant de l’évolution de cette créature, aussi bien dans l’espace que dans le temps… C’est tout pour les prévisions de ce week-end. N’oubliez pas de vous tenir au courant de toutes informations complémentaires et nouvelles de dernières minutes (surtout en ce qui concerne le planning) en vous rendant sur le site, sur l’évènement FaceBook et sur la page LyonBeeksteakClub.

L’antre du Poulpe vous donne rendez-vous
les 17 et 18 septembre 2016 à la Maison Ravier (Lyon)

Pour le Salon du Vampire !

À BIENTÔT (pour un reportage…) – Poulpy.

Édit. Le programme du Salon du vampire est à présent disponible ici.

Publicités

A propos poulpinounet

Poulpy, c'est un poulpe à tout faire. Il se doit de disperser ses tentacules sur plein de supports... Ce poulpe est graphiste (donc masochiste), il parle de lui à la troisième personne (sérieux ?), est reporter (surtout), et critique. Minimoi s’essaie donc à au dessin, à la photo, et aussi : j’écris (un peu). Mes dessins font place à des montages, les montages à des textes, des histoires, des articles... Blogueur invétéré, Poulp(inounet) ne fait pas que promouvoir la culture, il crée également ses propres œuvres, pour lui comme pour d'autres.
Image | Cet article, publié dans Chroniques, Festiv', est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Avant d’aller au Salon du Vampire

  1. Ping : Le Salon du Vampire, partie1/2 | L'antre du poulpe

  2. Ping : Le Salon du Vampire, partie 3 | L'antre du poulpe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s