Necronomi’con : un festival signé AoA

Necronomi’con !
La première convention lovecraftienne française
organisée par l’AoA production

La première partie de cet article, à cette adresse :
un descriptif complet de l’évènement

Et, à présent, clôturons cet article « prologue » avec une petite interview des créateurs de ce festival ! N’oubliez pas que plus de renseignements se trouvent sur la page Facebook de l’AoA production, ainsi que sur celle dédiée à l’évènement.

Avant tout, il est grand temps de vous présenter cette asso, bien connue à Lyon, organisatrice de, entre autres, le Doctor Who Day, la Zombie Walk, le vide-grenier du Geek, les soirées nanar et expérimentales ainsi que les Intergalactiques. AOA Production est spécialisée dans l’organisation d’événements et de soirées décalées sur Lyon et sa région :

Enfant du 7ème Art et du 7ème arrondissement, l’association s’illustre particulièrement dans le monde de la science-fiction, de l’imaginaire et de la Pop Culture. Elle a notamment été l’investigatrice de la première Zombie Walk française qui s’est tenue le 7 juin 2008 à Lyon. Ce débarquement de zombies fut un foyer de contamination dans tout l’hexagone et engendra de nombreuses hordes qui terrifient désormais plusieurs villes françaises à intervalles réguliers.

AOA Production a également été à l’origine du Vide-Grenier du Geek dont la première édition s’est tenue au mois de mai 2011. Le concept a déjà été repris dans deux autres grandes villes françaises : Nancy et Bordeaux. Les amoureux de la Geek Attitude ont ainsi leurs rendez-vous attitré pour dénicher d’ancien(ne)s jeux vidéo, consoles, figurines, BDs, livres, etc.

Et parce que rien n’est trop beau pour nos amis geek, la biennale Geek Week rétro-gaming anime le 7ème arrondissement lyonnais depuis avril 2009. Au menu : concerts, concours de jeux-vidéo, jeux de plateau, RPG, tables rondes, dédicaces…

L’association a développé, depuis novembre 2011, un salon entièrement dédié à la célèbre figure anglaise, Doctor Who, qui voyage dans l’espace et le du temps depuis 1963. Reposant principalement sur un principe de rencontres entre fans, le salon propose des tables rondes, des projections ainsi que des goodies originaux directement importés d’Angleterre.

AOA Production organise aussi des soirées Nanars à la Boulangerie du Prado depuis novembre 2007 au rythme d’une séance de projection par mois. Ces soirées présentent des films aussi mauvais que sympathiques, créant des moments rappelant les vieilles heures des ciné-clubs d’autrefois.

Ce même lieu accueille également Les Nuits expérimentales bimensuellement. Comme son nom le suggère, le concept est expérimental et un peu fou : choisir un thème, de préférence inédit, un film, qui généralement l’est tout autant, et broder autour de ses deux éléments pour obtenir… une expérience aussi unique que singulière.

C’est en 2012 que l’association crée son événement phare : le festival de science-fiction Les Intergalactiques. Dédié aux littératures et au cinéma de l’imaginaire, le festival propose une vaste programmation rythmée par des tables rondes, des rétrospectives cinéma, des expositions, des concours de courts-métrages, la remise du Prix Barjavel récompensant des auteurs de nouvelles mais aussi des ateliers, des dédicaces et bien plus encore.

En avril 2015 prochain, AOA production fêtera ses 10 ans et l’organisation de plus de 200 événements culturels sur Lyon et sa région. – plus d’info sur leur site.

07_affiche2Poulpy : Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs, en quelques mots ?

Bonjour, bonjour, nous sommes AOA Prod, une association d’événementiel culturel décalé à Lyon qui vient de fêter ses 10 ans. En 10 ans, l’association a eu le temps de créer de nombreux événements, allant de la première Zombie Walk de France, aux Intergalactiques, le Festival de Science-Fiction de Lyon, en passant par les soirées Nanars et autres expérimentations telle une Nuit des Marmottes ou une Convention Licorne…

P : D’où vous est venue l’envie de concevoir un festival lovecraftien ?

À la base il y’a l’envie d’importer de consacrer une convention à un écrivain que nous jugeons tous les trois incontournable pour ce qui est de l’imaginaire. Nous avons tous les trois un passif dans ce type d’organisation, Julien JAL Pouget avec AOA production et (notamment) Les Intergalactiques, Emmanuel Blavier avec A Fables et Octogones, et Adrien Party avec le Lyon Beefsteak Club et son Salon du Vampire. Amis depuis plusieurs années, et tous les trois investis dans les évènements d’AOA, nous avons décidé de mettre sur pied un évènement où les axes moteurs de notre passion pour l’imaginaire seraient représentés à parts égales : le cinéma pour JAL, la sphère ludique pour Manu, et la littérature pour Adrien. Le choix de Lovecraft s’imposait dès lors, étant donné qu’il s’agit d’un auteur dont l’influence se faire ressentir dans ces 3 univers. Sachant, enfin, qu’il n’y a pas, jusqu’alors, d’évènements consacrés à Lovecraft en France (alors qu’il y en a plusieurs aux États-Unis).

P : Combien de temps avez-vous passé à concevoir ce projet ? Vous êtes-vous heurté à des difficultés particulières ou voyez-vous un avenir assez radieux en ce qui concerne ce genre de rassemblement ?

Le projet mijote dans nos cerveaux dérangés depuis plus d’un an maintenant, et nous avons commencé assez tôt d’imaginer la tournure que pourrait prendre l’évènement, notamment en nous faisant envie d’un ciné-concert et de tables rondes avec des spécialistes du sujet. L’idée motrice était de proposer un évènement à la fois amusant et enrichissant, capable de combler aussi bien les néophytes que les connaisseurs. D’où l’importance de ne pas opter pour des choses trop élitistes.

P : Quelles sont les personnes ayant le plus contribué à sa réalisation ?

Emmanuel Blavier, Julien JAL Pouget et Adrien Party sont donc les trois chefs d’orchestre de la manifestation. ce sont à eux qu’on doit la constitution de la liste des invités, les thématiques des tables rondes, la mise en place d’un vrai espace ludique, etc. Mais rien n’aurait pu être fait sans l’aide des bénévoles qui seront présents pour assurer toute la partie logistique. Et bien évidemment nos partenaires, comme La Demeure du Chaos, Bragelonne, Trollune (qui est le libraire de l’évènement), Les Indés de l’Imaginaire, Artzone Chronicles, la mairie du 7e arrondissement de Lyon et les Éditions Sans Detour. Sans oublier Improjections, qui sera à l’honneur lors de la projection musicale du film Reanimator, point d’orgue de la première journée.

P : Cette première édition est encourageante, vous avez un incroyable programme. Pensez-vous que la Necronomi’con française rameutera du monde ? Quel genre de public attendez-vous ?

On attend entre 800 et 1000 personnes sur cette première édition, au vu de l’engouement que l’annonce a provoqué (et malgré une concurrence assez inégale avec Japan Expo qui a lieu à Paris, durant le même week-end). L’avantage d’une convention pluridisciplinaire comme celle-ci est que nous pensons réussir à se faire croiser différents publics : les rôlistes, les amateurs de littérature, mais également un public plus alternatif, pour qui l’esthétique d’inspiration lovecraftienne revêt un attrait particulier.

P : Et vous, qu’attendez-vous le plus de ce week-end ?

Que les gens qui fassent le déplacement y trouvent leur compte, entre les tables rondes, le quizz, les projections, les différents stands, l’exposition… On a d’emblée essayé de proposer quelque chose d’assez riche et diversifié, et on espère donc que tous seront en mesure de repartir en ayant appris et apprécié ce qu’ils ont vu.

P : Y a-t-il un lien particulier entre votre convention et la Necronomi’con de Providence, le plus grand rassemblement de cultistes au monde ?

Mis à part le nom, non. En fait, on s’est assez tôt fixé sur cette dénomination pour la convention, ce qui nous permettait de jouer sur le « con », fortement utilisé dans le monde anglophone comme suffixe pour le nom des conventions (Gen Con,…). Ce n’est qu’un peu plus tard qu’on s’est rendu compte que nous n’étions pas les premiers à avoir l’idée.

P : Pouvez-vous m’en dire plus sur le programme des projections de courts-métrages et sur les invités des tables rondes ?

Concernant les tables rondes, c’est quelque chose qui nous tient à coeur, de ne pas seulement exposer sur un thème, mais de donner matière à penser, et peut-être, à envisager d’autres manières d’aborder des oeuvres que l’on connait déjà.

Concernant les courts-métrages, cela fait aussi partie de l’ADN de l’association (qui s’était à l’origine créée pour réaliser des courts, justement), alors nous avons décidé de lancer un appel à films, ce qui nous a permis de recevoir de très belles productions, notamment une américaine, et de planifier 2 projections au cours du week-end.

P : Avez-vous des projets en cours, ou des envies concernant une future édition de la Necronomi’con ?

C’est toujours un peu difficile de parler du futur d’un événement quand on en est à la première édition, mais il est clair qu’on ne pense pas en faire le tour en une fois. Nous pensons donc à un rythme biennal, pour se laisser le temps de rebondir et de préparer un événement aussi soigné et original pour ses prochaines éditions.

P : Feriez-vous d’autres activités basées sur le thème lovecraftien ?

C’est une très bonne question ! Nous n’avons pas d’idées précises pour l’instant, à part peut-être des lectures publiques, mais qui sait… peut-être qu’un jour on organisera une soirée dégustation de poulpes et invocations devant Cthulhu… ;)

C’était Manu, Jal & Adrien, organisateurs de La Necronomi’Con, en interview sur l’Antre de Poulpy ! Merci à eux et souhaitons leur bon courage pour l’installation de notre futur festival favori. Et à samedi, amis lecteurs :P

07_aoa 08_pub

La suite de cet article vous sera dévoilé la semaine prochaine dans un tout nouveau billet,
Le reportage du Necronomi’con par Poulpy le poulpe !

À bientôt, Poulpy.

Publicités

A propos poulpinounet

Poulpy, c'est un poulpe à tout faire. Il se doit de disperser ses tentacules sur plein de supports... Ce poulpe est graphiste (donc masochiste), il parle de lui à la troisième personne (sérieux ?), est reporter (surtout), et critique. Minimoi s’essaie donc à au dessin, à la photo, et aussi : j’écris (un peu). Mes dessins font place à des montages, les montages à des textes, des histoires, des articles... Blogueur invétéré, Poulp(inounet) ne fait pas que promouvoir la culture, il crée également ses propres œuvres, pour lui comme pour d'autres.
Cet article, publié dans Chroniques, Festiv', est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Necronomi’con : un festival signé AoA

  1. Ping : Avant d’aller à la Necronomi’con… | L'antre du poulpe

  2. Ping : Necronomi’con, partie 1 | L'antre du poulpe

  3. Ping : Un passage à la Nécronomi’con de Lyon | Stein écrit (aussi)

  4. Ping : Necrnomi’con, partie 2 | L'antre du poulpe

  5. Ping : Necronomi’con, partie 3 | L'antre du poulpe

  6. Ping : Avant d’aller au Howard Day | L'antre du poulpe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s